apo-ranitidine 150 mg



Le воскресенье 28 сентября 2014 ❖ Beauté

Aujourd'hui, j'accueille sur le blog les blogs Peau Neuve et Nature et Plaisir ! L'occasion de vous faire découvrir leurs univers :

Et surtout, vous faire découvrir leur nouvelle routine de peau : "Le Layering".

Ce partage est le fruit de leur lecture de mon livre "Layering - secret de beauté des Japonaises" dont elles ont vraiment apprécié le contenu ! Merci à elles*

"Après ma lecture du livre Layering secret de beauté des japonaises d’Elodie-Joy Jaubert je retiens les points suivants entre autres choses :

- Le layering est un nettoyage élaboré de la peau plus qu’un simple démaquillage.

- Le choix de produit est large mais il doit être adapté à notre type de peau.

- Ce processus paraît long mais il n’en est rien !

- Il représente la manifestation du respect et de l’amour qu’on porte à notre corps.

Sans rentrer dans le détail pour chaque produit, voici ma routine layering adaptée à mon type de peau (mixte à grasse à imperfections) :

J’ai opté pour l’huile de jojoba qui est excellente pour les peaux grasses puisqu’elle se rapproche du sébum naturel de la peau ! Ainsi, l’huile de jojoba est équilibrante en plus d’aider à la cicatrisation.

Pour cette partie, j’ai opté pour le savon d’Alep biologique sans additifs (le Savon d’Alep avec 40% d’huile essentielle de laurier de chez Aroma Zone m’avait créé quelques soucis oculaires, à plusieurs reprises…).

Après avoir mouillé mon visage suite à l’étape 1, je masse ma peau délicatement à l’aide du savon d’Alep dont je prélève une petite quantité dans mes deux mains au préalable. Je n’hésite pas à aller du front jusqu’au cou, car le cou également est exposé à la pollution, transpiration et autres désagréments quotidiens. Pour finir je rince ma peau en prenant le soin de ne laisser aucun résidu de savon.

Cette étape est importante car elle permet de débarrasser la peau des dépôts de calcaires invisibles à l’œil nu mais pourtant bien présents sur la peau. Etant malheureusement sujette à des problèmes hormonaux qui se reflètent sur ma peau (imperfections…), j’ai choisi l’hydrolat de sauge officinale idéal pour les problèmes de peaux. L’avantage c’est qu’il s’emploie seul contrairement à l’hydrolat de thym à linalol par exemple qui lui, s’emploie dilué.

Je procède à cette application à l’aide d’un coton assez large, afin d’atteindre facilement toutes les zones de mon visage et une fois de plus, je n’oublie pas mon cou, la naissance des cheveux et le contour du visage plus généralement. Etant donné que tout hydrolat se conserve au frais, vous verrez ce geste est un véritable coup de fouet pour la peau !

Inutile de faire compliqué, le gel d’Aloe Vera fera l’affaire ! En effet, apaisant, hydratant entre autres vertus, c’est LA réponse à tous (ou presque) les problèmes cutanés. Je l’applique sur mon visage mais également pour mon contour des yeux.

(Cf étape précédente), inutile de s’encombrer le gel d’Aloe Vera s’emploie également pour le contour des yeux donc je fais fusionner les étapes 4 et 5 !

Avant de procéder à l’application de ma crème je laisse s’écouler quelques minutes afin que le sérum puisse pénétrer correctement.

Pour la crème de jour j’utilise actuellement la crème purifiante matifiante de Jonzac à l’eau thermale et j’en suis pleinement satisfaite ! En effet lorsque je prévois de me maquiller, je n’utilise jamais d’huile car cela contribuerait à rendre ma peau plus grasse avec l’ajout du fond de teint liquide.

Cependant le soir après m’être nettoyé la peau correctement, et après avoir appliqué mon gel d’Aloe Vera, j’ai choisi l’huile végétale de Nigelle comme « crème du soir ».

Idéale pour les peaux à problèmes pour ses vertus cicatrisante, apaisante et antioxydante, elle est également nourrissante, prévient le vieillissement de la peau, prolonge le bronzage …

Inutile d’en mettre beaucoup, le but n’étant pas de luire à souhait, une petite noisette préchauffée sur le bout de vos doigts suffira amplement.

Attention : n’en mettez pas sur le contour de vos yeux car cette huile reste assez puissante.

J’en ai plusieurs (certains fabriqués par moi-même), mais j’ai un petit faible pour la crème Egyptian Magic (disponible sur le site mademoiselle bio).

Véritable flop pour ma peau, elle a totalement su séduire mes lèvres ! De plus, avec ce froid qui frappe à nos portes elle représente un allié de choix car elle hydrate considérablement les lèvres ! Toutefois je vous conseillerais de ne pas l’appliquer tout de suite avant de vous coucher au risque d’en faire profiter vos draps plus que vos lèvres.

Vous voilà prête à attaquer votre journée ou tout simplement à aller rejoindre les bras de Morphée !"

ranitidine 300 mg avis

L’acné est une maladie de la peau très fréquente (surtout chez les adolescents) provoquée par l’obstruction des follicules pilo-sébacés suite à une production excessive de sébum (lire ci-dessous) et la présence de cellules mortes. Ce processus mène à une inflammation de la peau et favorise la prolifération de bactéries comme Acnies propiones (des chercheurs ont découvert à la fin des années 2000 le génome entier de cette bactérie, ce qui laisse entrevoir des médicaments encore plus spécifiques dans le futur).

Les lésions d’acné se soignent lentement.

Le sébum, un produit huileux, a pour fonction notamment de lubrifier les cheveux, les poils et la peau. Une production excessive de sébum mais aussi une accumulation de cellules mortes au niveau des follicules pileux peut boucher ces follicules. La formation de ces bouchons favorise le gonflement des parois du follicule qui peuvent prendre une couleur blanche. Ils peuvent aussi s’ouvrir et prendre une couleur noire, ce sont les points noirs. En cas d’inflammation, les follicules peuvent aussi devenir de couleur rouge.

Il existe différentes formes d’acné (acné juvénile, acné rosacée) et seulement un médecin pourra faire un diagnostic exact et proposer la thérapie appropriée.

En fonction du degré de l’acné (de son intensité) on peut classer l’acné en 4 stades :

– Acné degré I : présence surtout de comédons (points noirs) ouverts et/ou fermés avec peu de signes inflammatoires

– Acné degré II : présence surtout de comédons ouverts ou fermés enflammés avec du pus (acné papulo-pustulaire superficielle)

– Acné degré III : présence de comédons ouverts et/ou fermés enflammés avec du pus et des nodules inflammatoires (acné papulo-postulaire profonde).

– Acné degré IV : présence de nodules et kystes (acné kystique)

– L’acné survient la plupart du temps à l’adolescence à cause des modifications hormonales. Selon certaines études on estime que 70 à 95% des adolescents de 13 à 18 ans souffrent d’acné. On estime qu’en général l’acné disparaît spontanément vers l’âge de 20 ans.

– Bien que plus fréquente à l’adolescence l’acné touche aussi les adultes (lire : acné à l’âge adulte) âgés de plus de 30 ans, des causes génétiques et environnementales expliquent cette acné à un âge plus avancé. A l’âge adulte et jusqu’à 35 ans l’acné touche encore de 3 à 8% des personnes.

– Même si l’acné semble toucher un peu plus les jeunes hommes (pour des raisons hormonales), la thérapie de l’acné chez la femme est parfois plus compliquée, car il y a davantage de cas de résistance aux traitements. Par exemple à l’âge de 40 ans on observe que 1% des hommes présente de l’acné contre 5% des femmes.

Au niveau physiopathologique l’acné est provoquée, sous l’action des hormones, par une production excessive de sébum (lire sous définition) au niveau des follicules pilo-sébacés. Ceux-ci se bouchent et mènent à une inflammation. Ces follicules peuvent rester fermés ou s’ouvrir avec la formation de points noirs au centre.

Nous ne connaissons toujours pas avec certitude les causes exactes de l’acné mais on estime qu’en fonction du type d’acné certains facteurs peuvent fortement influencer son développement :

– L’acné juvénile est due en particulier à des désordres hormonaux : à la puberté la sécrétion sébacée qui dépend des androgènes (hormones sexuelles mâles, en particulier la testostérone) et des oestrogènes (hormones sexuelles femelles) augmente de façon importante et influence l’état de la peau. Lire aussi : acné à l’âge adulte

– L’acné (juvénile ou non) a une forte incidence héréditaire (influence des gènes). Par exemple si les deux parents ont de l’acné, l’enfant a 60% de probabilité de souffrir d’acné.

– Dans les autres formes d’acné et même parfois dans l’acné juvénile : des causes multiples peuvent être à l’origine de l’acné. Relevons l’importance d’une bactérie : Acnies propiones (une bactérie responsable de l’acné) ou le stress qui peut favoriser l’acné notamment grâce à une augmentation de la production de sébum.

– Un usage excessif de certains savons ou produits chimiques peut irriter la peau et augmenter la production de sébum, ce qui va aggraver l’acné.

– L’utilisation de cosmétiques pour la peau très gras, cela peut obstruer les pores et causer de l’acné.

– L’alimentation comme le chocolat pourrait favoriser l’acné.

Des études publiées dans les années 2010 ont montré que chez les adultes la consommation de lait et de produits laitiers comme le fromage ou le beurre pourrait aggraver l’acné.

De plus, des céréales riches en sucre, mais aussi le pain (blanc surtout), les chips et le chocolat auraient aussi un effet néfaste sur l’acné. On estime que si le chocolat favorise l’acné, c’est justement à cause de sa concentration parfois élevée en sucre. Ce dernier augmente le niveau d’insuline, pouvant favoriser l’acné.

– Une exposition excessive de la peau au soleil

– L’exposition de la peau à des objets pouvant provoquer des frictions comme un casque, un téléphone, le col d’une chemise, etc.

– La prise de certains médicaments comme des corticoïdes, des hormones (androgènes), du lithium ou de la vitamine B12.

Une étude réalisée en juin 2015 par l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) aux Etats-Unis a montré que la vitamine B12 favorisait l’acné. Cette étude a été publiée dans l’édition du 24 juin 2015 de la revue scientifique spécialisée Science Translational Medicine, sous la direction du dermatologue Dr. Noah Craft.

Selon les résultats de ce cette étude, la vitamine B12 fait en sorte que les bactéries qu’on trouve normalement sur la peau commencent à produire des agents chimiques qui causent l’apparition de l’acné. Cette espèce de bactérie, qu’on retrouve autant chez des personnes avec ou sans acné, se nomme Acnies propiones (ou Propionibacterium acnes). La différence est que chez des individus souffrant d’acné, cette bactérie présente un métabolisme différent. Les chercheurs ont découvert 109 gènes qui sont plus actifs dans les bactéries chez ceux souffrant d’acné et 27 gènes moins actifs.

De plus, les scientifiques américains ont donné un supplément de vitamine B12 chez 10 individus sans acné, un d’eux a développé de l’acné une semaine après le début du traitement. On savait déjà que la vitamine B12 pouvait provoquer de l’acné, mais cette étude permet de mieux comprendre les causes possibles.

Les personnes à risque face à l’acné sont pour des raisons hormonales surtout les adolescents, les jeunes adultes, les femmes avant les règles ou encore les femmes enceintes.

La forme de l’acné la plus fréquente est l’acné juvénile, atteignant environ 80% des adolescents.

L’acné se manifeste très souvent par des comédons ouverts (boutons avec points noirs au centre). Il faut savoir que les comédons ouverts sont noirs à cause de l’oxydation à la surface des lipides du sébum (lire davantage sur le sébum sous Définition ci-dessus).

En cas d’acné la peau peut être grasse, mais ce n’est pas le cas dans tous les cas d’acné.

En fonction du degré de l’acné, classé de I à IV, on distingue en plus des comédons ou points noirs de différentes formes :

– Papules : petites lésions enflammées de couleur rouge au niveau des follicules pilo-sébacés.

– Pustules : lésions de couleur blanc-jaunâtre et parfois rouge, avec présence de pus formant comme une gouttelette.

– Nodules : grandes lésions solides et douloureuses, atteignant le niveau superficiel de la peau. Les nodules peuvent toucher les adolescents dans l’acné grave (acné degré IV) par exemple dans la forme d’acné appelée acne conglobata. Les nodules peuvent former des cicatrices.

– Kystes ou micro-kystes : lésions très douloureuses comme les nodules mais qui se trouvent sous la peau (sous-cutané). Elles sont remplies de pus.

Endroits du corps touchés par l’acné – Où est localisée l’acné ?

Les boutons de l’acné sont en général localisés sur le visage, le dos, la poitrine, le cou, les épaules ou le décolleté. Ces endroits ont une concentration élevée en glandes sébacées.

Le diagnostic est relativement simple à poser, le médecin généraliste ou dermatologue (en particulier pour les cas graves) examine la peau à la recherche des lésions. Il peut s’aider d’une loupe ou tout autre appareil pour observer plus en détail les lésions.

L’anamnèse (historique de la maladie) est très importante, notamment pour savoir s’il y a des cas d’acné dans la famille, si la personne utilise certains produits irritants, connaître son alimentation, son exposition au soleil, etc

Relevons que dans le diagnostic de l’acné, le médecin devra bien identifier la gravité des lésions (degré d’acné) et proposer le meilleur traitement. Il devra ensuite bien suivre l’évolution du traitement par des contrôles réguliers. Le médecin devra trouver la bonne thérapie pour éviter toute cicatrice (principale complication esthétique de l’acné).

L’acné ne provoque pas de complications graves pour la santé. Notons toutefois que dans les cas graves et en l’absence de traitement adapté cette dermatose peut mener à des cicatrices. De nos jours il est toutefois possible d’éliminer en partie les cicatrices provoquées par l’acné par des techniques de peeling, laser, etc.

Acné et complications psychologiques

Une complication importante de l’acné peut être d’ordre psychologique en affectant la confiance en soi surtout chez les adolescents et les jeunes gens.

Les personnes souffrant d’acné se sentent parfois moins bien acceptées dans la société, en particulier à l’adolescence.

Une étude parue dans la revue Journal of Investigative Dermatology réalisée à Oslo (Norvège) a montré qu’en cas d’acné grave ou sévère les adolescentes souffrant de cette affection ont deux fois plus de risque d’avoir des idées suicidaires que celles ne souffrant pas d’acné, chez les garçons adolescents, le risque était même 3 fois plus élevé.

En plus des idées suicidaires cette même étude a aussi montré que ces jeunes acnéiques avaient moins d’amis, de petit(e)s ami(e)s et avaient de moins bons résultats scolaires.

Attention pour tous les traitements contre l’acné il faut être patient, c’est seulement après quelques semaines que les premiers résultats apparaissent.

Dans les acnés superficielles ou acné non grave, un traitement local par voie externe suffit ainsi qu’une bonne hygiène, afin de limiter les bactéries de l’acné (matin et soir, bien savonner les endroits où l’acné pourrait être présente, utiliser un savon doux pour les personnes à peau sensible).

On constate que les soins d’hygiène sont très importants, notamment une toilette au savon doux deux fois par jour (en Suisse Lubex® et Lubexyl®) ou des produits de peeling à faire une à deux fois par semaine (Normaderm® Gel de Vichy®).

Les médicaments à base de peroxyde de benzoyle sont certainement les médicaments les plus efficaces pour soigner l’acné vulgaire bénigne à modérée. Cette molécule a un effet anti-acnéique prouvé, grâce à une réduction de la formation de comédon et la production de sébum. Cette molécule a aussi un effet anti-inflammatoire et permet d’éviter la croissance des bactéries de l’acné.

Remarque: les médicaments à base de peroxyde de benzoyle, contiennent, comme son nom l’indique, un dérivé peroxydé qui décolore les cheveux et surtout les tissus (serviettes, habits), faites donc preuve de prudence lors de l’application afin d’éviter des frais en textiles supplémentaires. A l’achat d’un médicament à base de cette molécule veuillez lire la notice d’emballage et demandez conseil à votre spécialiste.

L’acide salicylique est parfois utilisé en usage externe contre l’acné.

Dans l’acné grave (caractérisée par exemple par de la fièvre, des douleurs, y compris aux articulations, des lésions cutanées localisées) une consultation médicale est vivement conseillée, le dermatologue pourrait par exemple vous prescrire des antibiotiques en prise orale (non topique) de la famille des tétracyclines (doxycycline, minocycline) ou des antibiotiques topiques, des dérivés de la vitamine A en pommade ou en prise orale comme l’isotrétinoïne ou l’adapalène. Attention les médicaments à base d’isotrétinoïne peuvent mener à de très graves malformations (effet tératogène) chez une femme enceinte et provoquer des sécheresses au niveau des lèvres, des yeux et de la peau. L’isotrétinoïne doit donc s’utiliser seulement lors d’acné sévère ou de résistance à d’autres traitements.

Il existe aussi d’autres traitements que médicamenteux pour soigner l’acné. On peut utiliser une thérapie au laser ou de la photothérapie. Ce type de traitement permet de réduire la production de sébum et agit aussi sur les bactéries responsables de l’acné. Il est aussi possible avec ce genre de traitement de réduire les cicatrices provoquées par l’acné.

Spécial femmes (acné chez les femmes)

Chez certaines femmes, la prise de la pilule peut exercer un effet positif sur l’acné (menant à la guérison). Au contraire la pilule peut aussi provoquer l’effet inverse, parlez-en donc à votre médecin pour plus d’informations et trouver le bon traitement.

Ajoutons encore que pour certaines femmes, l’acné serait due à une production trop importante d’hormones masculines.

La prise de pilule à base d’anti-androgène, l’acétate de cyprotérone, pourrait diminuer l’acné chez certaines femmes. Cette classe de pilule est indiquée surtout pour soigner l’acné et combiner un moyen de contraception, en contraception uniquement elle n’est pas indiquée.

Demandez conseil à votre médecin pour de plus amples informations sur ces pilules en vente sur ordonnance.

Les plantes médicinales suivantes ont su montrer une efficacité pour soigner l’acné, il s’agit à notre avis davantage d’une mesure complémentaire plutôt qu’un traitement de premier choix, comme première thérapie privilégiez les traitements classique (médicaments).

– La bardane (racine de bardane), à prendre sous forme de gélule ou en décoction, idéal en association avec le pissenlit.

– L’arbre à thé, à prendre de préférence sous forme d’huile essentielle, de crème, de pommade. Attention ne pas utiliser en cas d’acné rosacée.

– L’huile d’argan, à appliquer sous forme de crème.

– L’huile d’onagre, à prendre de préférence sous forme de gélule.

– L’huile de coco peut être appliquée en fine couche en cas d’acné, notamment après l’application d’une crème ou produit chimique par exemple à base d’acide salicylique ayant tendance à sécher la peau. L’huile de coco, qui contient notamment de la vitamine E et de l’acide laurique, présente des propriétés antibactériennes et anti-inflammatoires.

– Pour de nombreux adolescents, et parfois même des adultes, les conséquences psychologiques de l’acné sont très importantes, on sait maintenant que l’acné peut être une souffrance très grave surtout à l’adolescence où on essaie de plaire et de trouver sa personnalité.

C’est pourquoi une prise en charge de l’acné dès le début est vivement conseillée afin d’éviter des troubles psychologiques associés, demandez conseil et de l’aide à votre médecin.

– Il est important de bien connaître personnellement ce qui provoque ou contribue à l’acné (stress, alimentation). Son traitement personnalisé pour les personnes sensibles se fera ainsi selon un suivi strict entre médicaments et mesures d’hygiène.

– Ne pas percer, presser ou extraire les points noirs ou boutons, car ceci pourrait aggraver l’inflammation en favorisant l’infection, c’est souvent plus facile à dire qu’à faire, dans le cas contraire appliquer tout de suite un désinfectant ou un savon doux (éviter le savon de Marseille).

– Il faut se laver le visage avec un savon approprié (demandez conseil à votre pharmacien). Le savon devrait être doux et approprié pour une peau acnéique.

– Il est important de ne pas toucher son visage avec ses mains ou objets (ex. téléphone portable). Il faut garder le visage le plus propre possible.

– Dans des milieux humides et enfumés (discothèque, bar) les bactéries responsables de l’acné semblent se développer plus rapidement sur la peau. C’est également le cas lors de la pratique de sport, ici l’humidité est due à la transpiration. Il est ainsi conseillé de bien se laver le visage (avec un savon doux) après ces deux situations pour éviter la croissance des bactéries de l’acné. Vous pouvez aussi prendre une douche juste après la pratique d’exercice physique.

– L’alimentation peut provoquer de l’acné. Des études ont montré que chez les adultes en particulier la consommation de lait et de produits laitiers comme le fromage ou le beurre pourrait aggraver l’acné.

De plus des céréales riches en sucre et le chocolat auraient aussi un effet néfaste sur l’acné.

– Pour les femmes, il faut éviter de porter un maquillage trop épais ou des crèmes très grasses, car cela pourrait obstruer les pores et aggraver l’acné.

– Comme remède de grand-mère pour soigner ou prévenir l’acné il semble que des tisanes à base d’échinacée, de chardon marie ou de menthe poivrée pourraient être efficaces. La bardane est également une plante, à prendre en gélule, qui exercerait un effet favorable sur l’acné.

– L’exposition au soleil améliore passagèrement l’acné notamment par un effet anti-inflammatoire et un séchage de la peau. Mais par la suite l’acné peut réapparaître et être encore plus importante qu’au début car les boutons se sont trouvés “retenus” sous la peau et ressortent encore plus vigoureusement, on nomme cela l’effet “rebond”. Il est donc préférable de s’exposer raisonnablement au soleil.

Typiquement pendant l’été ou l’hiver (pour un skieur) la peau peut être beaucoup moins acnéique mais par la suite (automne ou printemps) l’acné risque souvent de revenir, parfois même plus fortement. Parlez-en à votre dermatologue, médecin ou pharmacien qui vous prescrira certainement une crème solaire avec un facteur élevé et essayez de trouver ensemble une solution.

– Aucune étude n’a réellement prouvé l’effet néfaste du tabac sur l’acné, on sait par contre que le tabac fait vieillir la peau, jaunir les dents. Arrêter de fumer est toujours un excellent conseil pour la santé.

– Le stress (travail, examens) et la fatigue peuvent favoriser le développement de l’acné, surtout de comédons. Ce mécanisme reposerait sur une augmentation de la production de sébum. Il est important de bien dormir et de lutter contre le stress.

– L’acide glycolique, un acide provenant de la canne à sucre est parfois utilisé en cas d’acné pour enlever les cellules mortes, on le retrouve souvent dans les peelings pour nettoyer la peau.

– Selon une recherche écossaise, parue fin 2013 dans la revue Marine Drugs, consommer des algues et du saumon peut être favorable pour lutter contre l’acné. En effet, les chercheurs ont observé que les acides gras de type oméga-3 EPA et oméga-6 DGLA qu’on retrouve dans ces aliments marins ont une action anti-inflammatoire et s’avèrent efficace contre la bactérie provoquant souvent de l’acné, Propionibacterium acnes (ou Acnies propiones). Les auteurs de cette étude affirment qu’il est possible de manger des algues ou du saumon mais aussi d’appliquer directement sur la peau ces acides gras. Des scientifiques travaillent dans la recherche de nouveaux produits à base de ces acides gras.

– Le zinc pourrait avoir un bénéfique sur l’acné, en réduisant l’inflammation et en favorisant la cicatrisation.

Plusieurs études scientifiques (citées dans le dossier ci-dessus), Mayo Clinic (plusieurs ouvrages)