Journal

L'exposition de 2014/2015 était consacrée à la famille des bois, c'est à dire aux flûtes, aux anches simples et aux anches doubles. Plus de 300 instruments étaient exposés provenant de prêts de collectionneurs privés et institutionnels.  Le musée des instruments de Céret, MúSIC, le Musée des Instruments à Vent de La Couture Boussey, l'Association des Collectionneurs d'Instruments de Musique à Vent (ACIMV) représentée par Bruno Kampmann et Denis Watel, le facteur Olivier Cottet, les organologues Jean Jeltsch (CFMI de Lille) et André Gabriel (Marseille centre), l'acousticien Benoit Fabre et les instrumentistes collectionneurs Pierre-Yves ArtaudCyrille Mercadier, Stéphane Tamby et Jeremy Papasergio. L'exposition a été inaugurée le 27 Novembre par un concert proposé par Lester Chio autour des trios de cor de basset de WA.Mozart et une présentation illustrée de l'histoire des familles des bois par André Gabriel. Une série de concerts pour les grands et petits ont ensuite présenté aux petits et aux grands les instruments de la Renaissance et leur musique. En Janvier les bois étaient à l'honneur au concert du nouvel an, puis Erwann Keravec a présenté la cornemuse contemporaine et les professeurs dirigés par Pierre Roullier ont joué pour les écoles la Petite symphonie de C.Gounod. Des dizaines de classes ont visité l'exposition pendant l'hiver jusqu'au bouquet final du mois d'Avril : le hautbois Jazz avec Jean-Luc Fillon, suivi du Bagad de Cap Caval qui a joué pour les écoles, et enfin des rencontres de Hautbois qui ont rassemblé plus de 200 instrumentistes comme derniers visiteurs de notre exposition

 

Image De la guitare électrique de Claude Barthelemy venu avec son trio VINTAGE à Junko Tahara, chanteuse traditionnelle japonaise venue nous conter l'histoire des samouraïs avec son biwa, de la guitariste classique Caroline Delume, qui s'est produite au Musée avec cinq modèles historiques de guitares à Jean-Marie Redon qui est passé de l'Auditorium au jardin avec son banjo bluegrass , du groupe russe des Balalaikas Kedrof à un duo de pipa chinoise et viole de gambe proposé par l'ensemble SAFAR de Jonathan Dunford ou au trio de flamenco constitué autour du guitariste de JB Marino, tous les musiciens qui sont venus jouer en concert au conservatoire de Saint-Cloud en cette année 2012/13 nous avaient prêtés leurs instruments pour constituer l'exposition annuelle, inaugurée par le maire, le 16 novembre.

 

Avec l'aide de nos collectionneurs habituels, Alain Meyer, André Gabriel, Alain Le Gouic et les luthiers de Mirecourt, le parcours présentait un panorama impressionnant de la technique du frettage des luths à travers l'histoire et le monde.

Image

  

 

Pour compléter ce festival d'un an, l'historien de la guitare Bruno Marlat et le luthier Maurice Dupont ont uni leurs efforts pour organiser un atelier de lutherie en partenariat avec le CRR de Boulogne. Quelques guitares romantiques ont ainsi été construites par les élèves réunis chaque dimanche, et ont été inaugurées par Jean-Marc Zvellenreuther lors du concert de clôture du grand week-end final des rencontres de la guitare auquel participaient une soixantaine de musiciens de plusieurs conservatoires réunis pour une série de concerts sur instruments anciens.

 

 

 

 

Image Image Au Conservatoire de Saint-Cloud, l'année 2011/12 était celle des percussions. Tout d'abord avec l'exposition des instruments prêtés par tous les amis musiciens, par plusieurs collectionneurs et par l'ARIAM Ile de France qui s'associait à notre thématique, à deux reprises dans l'année. Les invités se sont succédés avec leurs projets originaux. Philippe Manoury est venu diriger les élèves de Eve Payeur qui interprétaient son oeuvre, Métal ; André Gabriel est venu présenter aux écoles ce qu'est un tambourinaïre provençal ; Vincent Limouzin a joué des instruments du gamelan balinais au sein de son groupe de Jazz-Rock Jaster ; Prabbhu Edouard a enseigné le tâblâ aux professeurs ; Alain Kremski a présenté ses bols tibétains ; un carillon est venu, pour Paques, sonner les cloches dans le jardin des Avelines ; Alain Huteau a escaladé la tribune de l'orgue avec son xylophone ; Jean Geoffroy a déployé toutes les finesses polyphoniques de JSBach sur son marimba et Ancuza Aprodu présentait ses élèves à son compagnon percussionniste Thierry Miroglio . Pendant tout ce temps, notre professeur Abraham Mansfarroll se rendait dans les écoles tout au long de l'année. Il aidait les enfants à fabriquer leurs percussions et tous sont venus au Conservatoire pour en jouer dans la compagnie prestigieuse de Abraham Mansfarroll, Prabbhu Edouard, Pierre Marcault et Paul Mindy. Ces quatre-là ont conclu l'année, au Carré,  dans un océan de percussions des 4 coins du monde.
Image
 
 
 
Image Au conservatoire de Saint-Cloud, Image20010/11 a été l’année des clavecins et claviers de tous horizons avec une exposition et une série d’animations et concerts autour de ce thème. L’une de nos propositions était de construire un instrument qui serait joué en concert à la fin de l’année.Tout au long de l’année, notre professeur de clavecin, Elodie Seyranian , a donc guidé un groupe d’adultes et d'enfants, d'élèves de parents et d'amateurs de musique ancienne dans la fabrication d’une copie de Virginal italien du XVIème siècle. Pour cet « atelier » nous avions fait appel au facteur de clavecins David Boinnard  qui nous a fourni en début d’année les éléments nécessaires à la construction : des pièces détachées, dans un état suffisant de préparation, pour rendre l’opération accessible à des non professionnels. ImageDavid Boinnard est venu ensuite chaque mois contrôler l’avancement de la construction et résoudre les problèmes qui avaient surgi dans les semaines précédentes. L'atelier a fonctionné tout au long de l'année dans une ambiance familiale et studieuse, jusqu'au jour prévu pour l'inauguration où les musiciens ont pu enfin jouer l'instrument qu'ils avaient fabriqué. Jean-Christophe Dehan, notre photographe était là et a suivi et photographié toutes les étapes en détail. Vous pouvez retrouver ses photos dans l'agenda de samedi en samedi . Il a ensuite résumé ses nombreux reportages dans une exposition qui est encore sur nos murs au conservatoire.
Image
Image Nous sommes tous habitués à utiliser, quelle que soit notre activité, le même outil quotidien composé d'un écran d'ordinateur et d'un clavier. Nous appelons cela une "interface", et cette interface nous donne accès à toutes sortes d'outils adaptés aux activités que nous poursuivons. Un processus du même type parcourt l'histoire de la musique: quel que soit le moyen de produire un son, en soufflant dans un tube, en pinçant une corde, en la frottant avec un archet ou en tapant dessus... un instrument de musique a été inventé à un moment de l'histoire pour mécaniser ce geste et le commander avec un clavier. Les flûtes et hautbois ont donné l'orgue, les cordes frottées du rebec devenaient l'organistrum qui deviendra vièle à roue, les cordes pincées de la harpe donneront le clavicytherium qui deviendra clavecin, les cordes frappées du santour ont donné le clavicorde qui deviendra piano. C'est à ce moment de passage que s'est intéressée l'exposition vers les claviers. Elle présente cette filiation grâce à quelques exemplaires de chaque famille.  Les  instruments à cordes frappées ou pincées étant innombrables dans le monde et leur techniques de construction étant tellement imbriquées, ils sont présentés comme une frise.
Tous les instruments nous ont été prétés par des luthiers, facteurs et collectionneurs que nous remercions chaleureusement. David Boinnard, facteur de clavecin , Jean-Claude Condi, luthier , Alain Meyer, luthier, Philippe Labainville, collectionneur, Alain le Gouic luthier , Christian Rault, luthier, Alain Carlier, collectionneur, André Gabriel, collectionneur, mais aussi les musiciens Claire Julien, Bruno Krattli, Mico Nissim , Erik Wickström qui ont prêté leurs instruments. L'exposition a été inaugurée le 20 Novembre par M.Berdoatti, maire de Saint-Cloud, avec l'animation musicale de Christophe Deslignes à l'orgue portatif et Jean-Claude Condi au Nyckelharpa.
Image Dimanche 6 Décembre à 17h30, près de trois cent personnes ont bravé le mauvais temps pour assister au concert final de la semaine Ligeti-Milhaud-Ives. Les représentants des différentes institiutions ayant participé à ce projet, CRR de Boulogne, CRR de Rueil-Malmaison, Conseil Général des Hauts de Seine, Concerts de Saint-Cloud, Théâtre des 3 Pierrots, Ville de Saint-Cloud, Académie de Versailles, Conservatoire de Saint-Cloud, ont applaudi chaleureusement le travail de Pierre Roullier, chef de l'Ensemble 2e2m qui avait encadré cette opération.
  
Une dizaine de professeurs du Conservatoire étaient venus écouter huit de leurs collègues qui faisaient partie de l'orchestre. De même, de nombreux amis des  douze élèves des conservatoires de Boulogne-Billancourt et Rueil-Malmaison, ont partagé ce moment avec les parents des quelques vingt enfants des ensembles à cordes du Conservatoire de Saint-Cloud qui participaient à la pièce finale, la Question sans réponse, de Charles Ives.
 
Ingrid Schoenlaub, nouveau professeur de violoncelle a ainsi terminé entourée de ses nouveaux élèves, le concert qu'elle avait magistralement lancé avec la sonate de Giörgy Ligeti,  Entre temps, le public clodoaldien a découvert les tissages et martellements de timbres du Concerto de chambre de Ligeti, suivis des fanfares joyeuses de la Création du Monde de Milhaud. Cette dernière pièce avait fait l'objet durant la semaine de deux concerts pédagogiques le jeudi puis de deux autres le vendredi , tous présentés par Pierre Roullier à près de 1200 élèves . Gageons que ces présentations ont été un succès puisque plusieurs des enfants des écoles sont revenus le dimanche, écouter le concert final avec leurs parents.
Image Le Conservatoire de Saint-Cloud a le plaisir de proposer au public une grande exposition sur la lutherie qui restera installée dans ses murs pour toute l'année scolaire 2009/2010. Cette exposition, inaugurée le 7 Novembre dernier , fait suite à la grande exposition des cuivres du Musée de Thoard qui nous avait été prêtée l'an dernier.
 
A l'initiative de Jean-François Raffin, plusieurs luthiers se sont réunis pour rassembler un matériel unique puisqu'on trouve exposés de nombreux instruments rares, des outils de lutherie présentés dans des vitrines, et surtout une présentation de pièces de violons à toutes les étapes de la fabrication, depuis le quartier d'érable jusqu'au vernis final. La même décomposition des mouvements est d'ailleurs présentée pour les archets avec les différentes étapes de la fabrication et une collection d'archets de différentes époques. Le clou de cette exposition est sans doute un atelier entièrement réconstitué autour d'un établi avec tous ses outils,. Au milieu de cette installation, et entre autres instruments en cours de réparation, une contrebasse dont la table d'harmonie, ébauchée à la gouje, est en cours de fabrication, trône, au milieu de ses copeaux comme un raccourci saisissant de tout cet artisanat.
 
Cette exposition a été conçue grâce à la participation généreuse de plusieurs luthiers de grand renom que le Conservatoire de Saint-Cloud remercie chaleureusement : Jean-Jacques Rampal , Jean-François Raffin , Alain Le Gouic , Lucas Balay et Serge Boyer.  En cours d'année, nous les retrouverons pour des rencontres sur le thème de la lutherie et des instruments à cordes. Des visites commentées seront organisées pour les écoliers de la ville et les conservatoires environnants. Renseignements au Conservatoire de Saint-Cloud.

Image Le Vendredi 3 Avril 2009 se tiendront dans le Jardin des Avelines, les premières rencontres de fanfares , harmonies et Brass bands . Ces rencontres sont coorganisées par le Conservatoire de Saint-Cloud et le Conseil Général des Hauts de Seine qui en a fait une des 3 journées des Rencontres Landowski. Ces rencontres conclueront l'année des instruments a vent au Conservatoire et marqueront les derniers jours de l'exposition des Cuivres qui sera démontée le Lundi 6 Avril.

Les rencontres commenceront par un goûter offert à tous les enfants dans le Jardin des Avelines à 17h30. Le programme débutera ensuite à 18h30 avec l'Harmonie du Conservatoire et se prolongera jusqu'à 22h avec un échantillon très varié d'ensembles à vent qui nous font l'honneur de participer à ce rendez-vous. Vous pourrez entendre à 19h15 l'harmonie symphonique Brassage avec ses 45 musiciens, mais aussi à partir de 21h les décoiffantes LadieStylees ou la non moins délirante Friture Moderne. plusieurs groupes sont invité à cette fête dont l'Orchestre de l'ECLA dirigé par le batteur Franck Filosa, mais aussi le Marching Band de Clichy la Garenne et la Fanfare du Kremlin Bicêtre.  

  

Le Programme complet des Rencontres 

L'harmonie des Avelines: photo Jean-Christophe Dehan 

Image La première semaine de Février 2009 aura été marquée à Saint-Cloud par les instruments à vent. Et comme l'aura souligné la revue municipale , Stravinsky aura bel et bien enflammé le Conservatoire.
  
Pendant une semaine, les concerts pédagogiques et répétitions publiques auront amené 1300 enfants dans les parages de ces oeuvres inouïes que sont les  Symphonies pour instruments à vent et le Concerto pour piano et instruments à vent. Stravinsky qui a composé ces oeuvres non loin d'ici, lorsqu'il résidait à Garches chez Coco Chanel, s'était réservé l'exclusivité de son concerto avec lequel il fit de nombreuses tournées.
Les étudiants du pôle supérieur du CRR de Boulogne les ont répétées à Saint-Cloud pendant une semaine, aux côtés des professeurs du conservatoire et de l'Ensemble 2e2m dirigé par Pierre Roullier.
  
De la même façon que dans l'opération des Oiseaux exotiques de Messiaen proposée l'année précédente, l'affluence des enfants a été suivie d'un grand concert aux 3 Pierrots auquel se pressaient près de 400 personnes qui ont réclamé un bis pour le dernier mouvement du Concerto. La journée avait commencé dans les vents avec le Concours des petites mains symphoniques , dont les éliminatoires pour l'ile de France se tenaient au Conservatoire.Un verre de l'amitié réunissait pour finir tous les musiciens et professeurs autour du collectionneur Claude Sénes invité pour cette fête au milieu de sa collecton
 
Image Le village de Thoard est perché sur une colline des Alpes de Haute Provence, entre Digne et Sisteron . Sur la place principale, le Collectioneur Claude Sénes, longtemps maire du village, a installé son Musée des Cuivres. Cette collection étonnante qu'il a constituée au fil des ans, regorge de trésors dans une variété étonnante de formes et de mécanismes. De nombreux visiteurs font le déplacement dans ce dernier village de la vallée des Duyes, pour y admirer les trouvailles du maître des lieux et y écouter ses présentations passionnées. C'est un grand honneur pour le Conservatoire de Saint-Cloud que d'accueillir pour quelques mois, une grande partie de la collection de ce musée.
  
Cette collection est à la fois spectaculaire dans sa diversité et très rigoureuse dans son parcours documenté. On y suit l'évolution de la facture instrumentale de façon très compléte pour les familles de Saxhorns et de trompettes.   Avec quelques panneaux explicatifs qui détaillent les différents mécanismes et content l'histoire de leurs inventeurs, elle témoigne d'une façon claire du génie inventif des facteurs d'instruments du XIXème siècle et de la curiosité insatiable des compositeurs et interprètes de ce temps, en matière de timbre et de virtuosité. Image
 
    Vous pourrez y admirer quelques instruments rares comme les spectaculaires ophicléïdes ou le surprenant Néocor, vous y trouverez un panorama presque exhaustif des mécanismes les plus complexes de trompettes , un échantillonnage imposant de Tubas Euphoniums Bugles et autres Saxhorns . (Du nom du célèbre Adolphe Sax ). Vous y admirerez une famille de Tubas wagnériens et un historique presque complet du Cor et de ses volutes, complété par une famille de Sousaphones et Mellophones, instruments américains destinés à la parade. 
 
     L'exposition est axée principalement sur les cuivres, mais pour notre plus grand plaisir, le parcours est agrémenté d'une série d'instruments primitifs, allant du Shofar des hébreux au grand Cor des Alpes . Faits de corne, d'os ou de terre cuite, ces instruments remontent de tous les continents jusqu'aux trompettes baroques en passant par de nombreux instruments anciens dont les célèbres Buccin, Olifant , Serpents et autres Cornets à bouquins . Idéalement disposée sous l'éclairage zénithal du patio du Conservatoire de Saint-Cloud, cette exposition extraordinaire est une occasion unique de découvrir ces instruments mythiques, au milieu des tuyauteries savantes de l'orchestre symphonique , dont sont issus, grâce à quelques artisans géniaux, tous les chefs d'oeuvres de l'orchestration du XIX et XXème siècle.
 
Quelques vidéos :
 
 


Image

  
 

Le Conservatoire de Saint-Cloud a réuni les deux opportunités du Festival des Couleurs et du centenaire d'Olivier Messiaen (né en 1908) pour organiser un hommage à ce compositeur en jouant deux de ses chefs d'oeuvres ; deux oeuvres rarement programmées à cause de leurs effectifs inhabituels  (18 instruments à vent, 6 percussionnistes et piano solo) : Les Oiseaux exotiques et les Couleurs de la Cité céleste. Dans le programme, ces deux oeuvres alterneront avec une oeuvre  du compositeur américain George Crumb : Unto the hill, recueil de chants populaires américains qui fait appel, dans une toute autre esthétique, à quatre percussionnistes un piano et une mezzo-soprano.

   

Pour réaliser ce projet, le Conservatoire de Saint-Cloud a suscité depuis un an un partenariat avec le Conservatoire de Gennevilliers où le concert sera repris le 9 Février prochain.  La réalisation et la direction musicale ont été confiées à l'Ensemble 2e2m réputé pour ses interprétations de la musique du XXème siècle. La classe de prise de son du Conservatoire de Boulogne-Billancourt viendra enregistrer le concert. Pour que le Conservatoire de Saint-Cloud participe au mieux à ce programme, huit de ses professeurs dont les pianistes solistes Ancuza Aprodu et Véronique Briel, ont été choisis pour composer l'ensemble aux côtés des huit musiciens de Gennevilliers et des huit solistes de l'Ensemble 2e2m, de la Mezzo-soprano Elsa Maurus et du chef d'orchestre Pierre Roullier. Enfin, pour que tous ceux qui le souhaitent puissent profiter du spectacle unique que sont les répétitions pour un tel ensemble, toutes les séances de travail se tiendront au Conservatoire et seront ouvertes au public. Trois séances auront ainsi lieu à l'Auditorium des Avelines, le jeudi 29 Novembre matin  et soir  ainsi que le Vendredi 30 au matin .

  

Une grande originalité des partitions de Olivier Messiaen est de comporter des indications précises de chants d'oiseaux et de nuances de couleurs. Les partitions de ces deux pièces fourmillent ainsi de noms d'oiseaux extraordinaires comme vous pourrez le lire dans la notice du concert .  Le Conservatoire travaille en permanence avec l'Education Nationale en organisant la présence de la musique dans les écoles primaires. 6 Intervenants sont ainsi employés à cette tâche par l'Association du Conservatoire. Nous avons donc proposé l'an dernier à ces professeurs de préparer avec les enfants des écoles, des représentations dessinées ou peintes, sous forme de masques, de drapeaux ou de toutes sortes de supports, des effigies des dizaines d'oiseaux exotiques contenus dans la partition de Olivier Messiaen. Les enfants des écoles convergeront ainsi vers le Conservatoire avec leurs oiseaux le samedi 1er Décembre .

   

Le Concert final aura lieu aux 3 Pierrots  le dimanche 2 Décembre à 17h30. Le Conservatoire a joué sur le sens du nom "Pierrot" qui désigne un oiseau local, pour baptiser cette opération : "Les Oiseaux exotiques rendent visite aux 3 Pierrots". On ne saurait trop encourager les clodoaldiens à venir soutenir cette initiative mais surtout à en profiter le plus possible.  La musique des Oiseaux exotiques est joyeuse, colorée, virtuose. Cette technicité musicale, l'excellence des interprêtes et les sonorités rutilantes des cuivres et percussions sont une expérience particulière du concert et cette expérience vous est offerte de façon  exceptionnelle grâce à la motivation des équipes du Conservatoire, grâce à l'engagement des partenaires du projet au premier rang desquels les Concerts de Saint-Cloud, et grâce au soutien du Conseil Général des Hauts de Seine. Grâce à tous ces soutiens environ 1200 enfants de St Cloud assisteront cette semaine à l'une des sept opérations pédagogiques autour de Olivier Messiaen et 450 d'entre vous pourront entendre et parfois découvrir avec jubilation, la  grande volière planétaire d'un des maîtres de la musique du XXème siècle.

Image

Les 40 élèves musiciens et chanteurs du spectacle Pierrot ou Les secrets de la nuit ont passé une semaine dans la résidence de la ville à Saint Brévin où ils ont répété le spectacle et fabriqué les décors. Un reportage sur ce séjour se trouve dans les archives, de même qu'une série de photos de la représentation du 14 Novembre aux 3 Pierrots avec la classe de danse de Nicole Sénéchaut.

Les photos du spectacle sont de Jean-Christophe Dehan.