Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/conserva/www2/components/com_icagenda/helpers/icmodel.php on line 1963

Concert de l'Ensemble Safar

Concert
Date: samedi 9 février 2013 17:30

Lieu: Auditorium des Avelines

Ensemble Safar                      Voyage en images, safar fi sour

 

Avec leur Ensemble Safar, fondé à Paris en 2012, Hassan Tabar (Iran), Wang Weiping (Chine), Jonathan Dunford (France-USA) Redha Benabdallah (France-Algérie), et Pierre Rigopoulos (France-Grèce) vont nous interpréter des pièces de leur répertoire traditionnel respectif et, en terre d’Orient, ces musiciens feront escale dans l’univers d’Al-Andalûs, symbole de la convergence de deux grandes cultures, d’orient et d’occident. Grâce à leurs recherches musicologiques, ils nous proposeront des compositions inspirées de leur répertoire régional, mélangeant modernisme et tradition, innovation et conservation.

Photos : Jean-Christophe Dehan

 

Wang  Weiping est née en Chine. Musicienne, compositrice, soliste et  concertiste internationale, elle est aussi doctorante en Musicologie à  Paris-Sorbonne. Soliste au luth-pipa (luth chinois) et au chant, diplômé du Conservatoire de Musique de Xi’an et de Pékin. Le luth-pipa, instrument venu d’Inde au 6e  siècle, est muni de cordes en soie et se joue avec des onglets. Wang  Weiping a participé à des concerts de musique traditionnelle chinoise,  mais elle est membre d’un ensemble de musique contemporaine et de  musique baroque.


 

 

Hassan Tabar est né à Qazvin en Iran. Musicien, soliste et concertiste international, il est aussi titulaire d’un doctorat de Musicologie à Paris-Sorbonne sur le santour (cithare sur une caisse de résonance). Le santour, son instrument de prédilection venant de la famille des cithares, se joue avec deux baguettes en bois de noyer que l’on frappe sur les cordes. Il daterait aux environs du 15e siècle. Il a enregistré 5 albums de santour et a publié un livre chez l’Harmattan.


Jonathan Dunford est un musicien américain, et français d’adoption. Il s’impose aujourd’hui comme l’une des figures de la restitution du répertoire de la viole soliste du XVIIe siècle. Il obtient une maîtrise au Conservatoire de New England et se perfectionna ensuite auprès de Jordi Savall à la Schola Cantorum de Bâle. A Paris, Jonathan Dunford poursuit des recherches à la Bibliothèque Nationale et dans différents centres du monde entier sur les musiques inédites pour viole seule (Société Française de Musicologie et le New Grove's Dictionary).


Redha Benabdallah est un musicien franco-algérien. Spécialiste de la kwîtra, guitariste classique, jeune compositeur, et professeur de musique au Conservatoire,  il est aussi doctorant en Musicologie à Paris-Sorbonne sur le thème de la musique arabo-andalouse  et plus précisément  sur l’analyse musicale du répertoire des nawbat algériennes. Soliste à la kwîtra : luth algérien datant des 13e-14e siècles se jouant à l’aide d’une plume d’aigle. Diplômé du Conservatoire de Musique de Bourges et premier prix international de kwîtra en 2006 au concours international de kwîtra à Alger, il a participé avec l’Ensemble Albaycin à des concerts en France et à l’étranger.


Pierre Rigopoulos est né à Paris. Musicien, percussionniste, il a étudié la percussion contemporaine et le zarb (percussion iranienne) au Conservatoire de Musique de Pantin dans la classe de Gaston Sylvestre et Jean-Pierre Drouet. Il a appris également le zarb avec le grand maître iranien Djamchid Chemirani et avec Bruno Caillat. Le zarb est un tambour à peau persan possédant une immense palette rythmique mais également sonore. Percussionniste polyvalent, il joue dans des formations de jazz, de musique traditionnelle ou classique, pour des représentations théâtrales, chorégraphiques ou d'opéra.


 

L’Ensemble Safar nous emmènera du côté de l’Asie, en Chine, par l’exécution de pièces musicales du répertoire de la musique traditionnelle et populaire chinoise. L’une de ces pièces est une composition de Wang Weiping, qui s’est inspirée de pièces ancienne de son répertoire. Nous voyagerons vers l’ouest pour nous arrêter en Iran, où nous allons interpréter des pièces de musique classique iranienne dans le dastgâh mâhur (mode mélodique). Nous continuons notre traversée jusqu’en Algérie où le quatuor fera revivre à travers une pièce du répertoire traditionnel de la nawba algérienne et également d’une ouverture instrumentale appelée touchiyya, composition de Redha Benabdallah dans le mode Jârka.

 

 

Adresse
30 ter Bd de la République, 92210 Saint Cloud, France

 

Toutes les Dates


  • samedi 9 février 2013 17:30
 

Propulsé par iCagenda