LES OISEAUX EXOTIQUES RENDENT VISITE AUX 3 PIERROTS

Concert
Date: dimanche 2 décembre 2007 17:30

Lieu: Les 3 Pierrots


 L'Association des Concerts de Saint Cloud et

le Conservatoire de Saint Cloud proposent:     

COULEURS DE LA CITE CELESTE

 

pour piano et orchestre de chambre à vent et percussions (19 musiciens)
3 clarinettes, 2 cors, 3 trompettes, petite trompette en ré, 3 trombones, trombone basse,

3 percussions, marimba, xylophone, xylorimba

de 

Olivier Messiaen  

Piano :

ANCUZA APRODU 

 

UNTO THE HILL

pour soprano et orchestre de percussions

de 

 Georges Crumb

Soprano :

ELSA MAURUS

 

 

 

LES OISEAUX EXOTIQUES

pour piano et orchestre de chambre à vent et percussions (17 musiciens)
2 flûtes, hautbois, 3 clarinettes, clarinette basse, basson, 2 cors, trompette, 6 percussions

de 

Olivier Messiaen

  

piano:

Véronique Briel 


 

avec  les musiciens

du Conservatoire de St Cloud, 

du Conservatoire de Gennevilliers

et  de l'Ensemble 2e2m

  

PHOTOS JEAN-CHRISTOPHE DEHAN 

 

 

  

                                                                                                                                                                                                        
 

Flûte 1 : Marcos Fraga
Flûte 2 : Teruki Ishibashi

Hautbois : Jean Marc Liet

Clarinette 1 : Véronique Fèvre
Clarinette 2 : Renaud Desbazeilles
Clarinette 3 : Lester Chio
Clarinette 4 : Maxime Jaouen

Basson : Valérie Granier

Cor 1 : Eric Du Faÿ
Cor 2 : Benjamin Chartre

Trompette 1 : Laurent Bômont
Trompette 2 : Bruno Krattli
Trompette 3 : François Guillemette
Trompette 4 : Dominique Collin

Trombone 1 : Patrice Hic
Trombone 2 : Jean-Michel Mekil
Trombone 3 : Daniele Israel
Trombone basse : Raphael Patrix

Percussion 1 : Alain Huteau
Percussion 2 : Vincent Limouzin
Percussion 3 : Christophe Brédeloup
Percussion 4 : Clément Delmas
Percussion 5 : Michel Gastaud
Percussion 6 Michel Hamon

  

Direction : Pierre Roullier 

 

  Réservations au 01 46 02 74 44 Taruf : 15 euros tarif réduit : 11 euros - Groupes : 8 euros.

  

 

 

"Les Oiseaux exotiques qui chantent dans cette partition ont de merveilleux plumages colorés. Ces couleurs très vives sont dans la musique : toutes les couleurs de l'arc-en-ciel y circulent, y compris le rouge, couleur des pays chauds et du beau Cardinal de Virginie ! Mais il y a aussi le Mainate hindou (noir à cou jaune) qui pousse des cris singuliers. Le Verdin à front d'or (tout vert comme une feuille au printemps) qui fait un gazouillis varié. Le Troupiale de Baltimore (plumage orange et noir) qui fait des vocalises joyeuses. Le Tétras Cupidon des prairies qui possède des sacs aériens lui permettant de pousser des gloussements mystérieux (genre cor de chasse) contrastant avec des cris aigus suivis de longues désinences dirigées vers le grave. Le Moqueur polyglotte (gris, rose, brun fauve strié de blanc) fait des strophes cuivrées, staccato, riches en harmoniques, de caractère incantatoire. L'Oiseau-Chat (gris ardoise) débute ses strophes par un miaulement. Le Shama des Indes (noir bleuté, ventre orangé, longue queue étagée blanche et noire) est un merveilleux chanteur dont le répertoire est fait de percussions rythmées, de batteries sur deux sons disjoints et d'éclatantes fanfares au timbre cuivré. C'est sa voix qui dominera tout le tutti final. Le Garrulaxe à huppe blanche est un gros oiseau vivant dans l'Himalaya. Il est terrifiant par son aspect et par ses vociférations implacables. Le Merle migrateur, confié aux deux clarinettes, égaie tout le tutti central. Chantent aussi : le Merle de Swainson, la Grive ermite, le Bulbul Orphée et la Grive des bois, dont la fanfare éclatante, ensoleillée, termine la première et ouvre la dernière cadenza du piano solo.../.."

Olivier Messiaen, note du programme de la création, le 10 Mars 1956 

 

          

Présentation de Unto the Hills (2002) par Georges Crumb :

"L’idée de composer un cycle d’arrangements de chants folkloriques appalachiens m’a été suggérée par ma fille Ann qui depuis longtemps était intéressée par la musique folklorique américaine et particulièrement par ces airs habités que l’on associe aux Appalaches. Elle espérait que je pourrais trouver l'inspiration pour une œuvre étendue pouvant être jouée en concert. En me mettant à la tâche, je revenais dans un sens à mes propres racines appalachiennes. Ces belles et envoûtantes mélodies faisaient partie depuis toujours de ma psyché musicale, et dans nombre de mes compositions antérieures j'en avais cité des fragments comme une sorte de signature musicale symbolique et très personnelle.  Unto the Hills représente une sélection de mes pièces préférées - pièces aussi diverses que le très sombre Poor Wayfaring Stranger, Ev’ry Night When the Sun Goes in, d’où émergent les intonations déchirantes du blues des Appalaches du Sud, ou l’espiègle petite chanson The Riddle. Je ne pouvais pas espérer améliorer leur perfection primitive, j'ai décidé de laisser leurs belles mélodies intactes (augmentant seulement occasionnellement la métrique pour un effet plus ample ou la diminuant pour un plus grand élan). En matière de textes, une multitude de versions coexistent. Ma fille et moi avons simplement choisi nos préférés.
L’orchestration pour une formation plutôt inhabituelle comprenant un quatuor de percussionnistes (qui jouent un certain nombre d'instruments peu conventionnels en plus des instruments communs) et un piano amplifié, intensifie l’expressivité de cette musique. A travers l’éventail très large de timbres et de textures, l’utilisation d'un chromatisme étendu et occasionnellement de modèles rythmiques inhabituels, j'ai tenté de mettre en évidence la profondeur, le mysticisme, également l'humour (à la fois lunatique et ironique) inhérent au folklore des Appalaches.

Le titre de ma pièce est tiré du psaume 121 de David : " Je lève les yeux vers les monts d'où viendra mon secours”.

 

Les Couleurs de la Cité céleste se réfèrent à l'Apocalypse dont Messiaen donne cinq citations dans la partition :

1/ «Un arc-en-ciel encerclait le trône...» (Apoc., IV, 3)
2/ «Et les sept anges avaient sept trompettes...» (Apoc., VIII, 6)
3/ «On donna à l'étoile la clef du puits de l'abîme...» (Apoc., IX, 1)
4/ «L'éclat de la ville sainte est semblable au jaspe cristallin...» (Apoc., XXI, 11)
5/ «Les fondements du mur de la ville sont ornés de toute pierre précieuse : jaspe, saphir, chalcédoine, émeraude, sardonyx, cornaline, chrysolithe, topaze, chrysoprase, hyacinthe, améthyste...» (Apoc., XXI, 19, 20).

Cette oeuvre révèle par ailleurs un souci d'expression de la couleur - sa «motivation essentielle» selon Michèle Reverdy, clairement formulé par Messiaen dans la préface de sa partition :

«La forme de cette oeuvre dépend entièrement des couleurs. Les thèmes mélodiques ou rythmiques, les complexes de sons et de timbres, évoluent à la façon des couleurs. Dans leurs variations perpétuellement renouvelées, on peut trouver (par analogie) des couleurs chaudes et froides, des couleurs complémentaires influençant leurs voisines, des couleurs dégradées vers le blanc, rabattues par le noir. ../...»

 

 

 

Adresse
6 rue du Mont Valérien, 92210 Saint Cloud, France

 

Toutes les Dates


  • dimanche 2 décembre 2007 17:30
 

Propulsé par iCagenda